Pluie & Sortilèges Index du Forum
 
 
 
Pluie & Sortilèges Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



 Bienvenue 
Invité es-tu inscrit(e) sur le doodle de Décembre/Janvier ou Février/Mars?
Résumé de la campagne
Aller à la page: <  1, 2, 3
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Pluie & Sortilèges Index du Forum -> La Campagne -> Warhammer
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Laurent P


Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2016
Messages: 205
Localisation: Tourlaville
Masculin

MessagePosté le: Mer 6 Sep - 20:08 (2017)    Sujet du message: Résumé de la campagne Répondre en citant

(ceci est du flood)

Pierrick, tu te calmes tout de suite avant de me remercier. Je n'ai pas dit que tu étais un bon MJ, j'ai dit que tu distribuais les XP... c'est pas pareil
Pour le dompteur de loup, alors là forcément, même ZAVATA nous l'envie. La prochaine fois, tente de dompter le poney de Taffy, tu auras plus de chances ! Ah oui, en parlant du poney... IT IS THE HERO OF THE CAMPAIGN. En gros, le seul crédible qui ne s'est pas encore ridiculisé. Mort de Rire

Pour ce qui est de l'incinérateur à Gobelin, no comment. Je n'ai pas envie que les méchants me prennent pour cible principale... Benedikt fait très bien l'affaire Mr. Green

ENGAGEZ VOUS, RENGAGEZ VOUS QU'IL DISAIT
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 6 Sep - 20:08 (2017)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Pablo M


Hors ligne

Inscrit le: 11 Sep 2016
Messages: 72
Localisation: Cherbourg-Octeville
Masculin Bélier (21mar-19avr) 鷄 Coq

MessagePosté le: Jeu 7 Sep - 07:59 (2017)    Sujet du message: Résumé de la campagne Répondre en citant

N’empêche je continue à dire qu'un loup de compagnie ça aurait été très pratique !
Bon à part en ville... Quoique j'aurais pu le faire passer pour un gros chien non ?

Dompter le poney, je t'avoue que j'ai peur quand même... Je te rappelle qu'il à survécu seul dans une grange remplie de gobelin ! Oo
Revenir en haut
Basile L


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2016
Messages: 159
Localisation: Teurthéville-hague
Masculin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Jeu 14 Sep - 11:15 (2017)    Sujet du message: Résumé de la campagne Répondre en citant

Allez un pavé de plus. Ce passage concerne un long aparté avec le maître du jeu. Un passage quasiment centré sur le plus valeureux du groupe! La suite un peu plus tard.

Jour 19 : Une rancune de plus.

Au retour à la péniche, Renate nous annonce qu'elle a réussi à vendre les ballots de laine à bon prix. Cette bonne nouvelle nous remonte un peu le moral après cette journée harassante. Mes compagnons commencent à nettoyer leurs vêtements souillés par nos précédents combats pendant que je prépare le souper.
La veillée a été courte et nous nous sommes rapidement assoupis après qu'Alberick nous ait annoncé qu'il était attendu à son école de magie le lendemain matin pour, peut-être, accéder à la formation qui lui permettra de progresser dans les arts de la magie. Son absence pourrait durer plusieurs jours, ou semaines...
Notre nuit est agitée de cauchemars. Le bourdonnement des mouches nous poursuit toute la nuit et les odeurs sont très présentes, si ce n'est dans nos narines, au moins dans nos esprits. C'est fébriles et fiévreux que nous sommes réveillés par la voix affolée de Renate
"Des gardes et des hommes en arme, beaucoup de gardes, ils viennent par ici, je pense que c'est pour vous"
Elle doit répéter à plusieurs reprise avant que nous n’émergions de notre sommeil troublé, mais il est trop tard, de nombreux bruits de botte et des frottements métalliques se font entendre sur le pont de la péniche.

Les visiteurs, qui n'ont visiblement rien fait pour être discrets, ne nous laissent guère le temps de nous interroger sur la nature de leurs intentions. Une voix forte et autoritaire vous interpelle :

"Benedict Von Reinardt, Reshef Levol, et Taffy Piedfrisé par Sigmar et au nom de l'Empereur, je vous ordonne de sortir sans arme. Nous avons ordre de vous conduire devant la sainte cour de justice sans délai. Nul mal ne vous sera fait si vous obtempérez". Aucune forme de crainte n'est perceptible dans sa voix.

N’ayant rien à nous reprocher, nous sortons et sommes rapidement encerclés par les gardes. Nous sommes conduits sous escorte à travers la ville. Toutes nos questions restent sans réponse. Nous sommes ensuite séparés, et je suis conduit dans une petite cellule froide. Le peu de lumière qui filtre de la petite fenêtre me permet de distinguer le cadavre à demi dévoré d'un rat. Toujours aucune réponse à mes questions. Au bout d'un long moment qui m’a paru interminable, j’entends le geôlier qui fait claquer les verrous de la porte. Avec un sourire à glacer le sang, il me dit :
"C'est à ton tour maintenant mon petit"
Des gardes m'accompagnent à l'intérieur d'un ancien bâtiment en pierre. Un vieil homme, visiblement un moine de Sigmar s'approche de moi, une pile de parchemin à la main et me dévisage de haut en bas :
"Taffy Piedfrisél, c'est bien ça ?" Sans me laisser le temps de répondre il enchaîne. "Moi, à votre place, j’éviterai de faire le malin la dedans" il désigne d'un coup de menton une lourde porte de bois. "Répondez aux questions honnêtement, sans rien cacher, et ça pourrait bien se passer... ou pas ".
La porte s'ouvre et on me mène à l'intérieur. Derrière une longue table jugée sur une estrade sont assis huit hommes et deux femmes. L'homme qui siège au centre est le plus âgé de tous. Il porte une petite barbe blanche et me transperce du regard aussitôt que j’entre dans la pièce. Le symbole avec une queue de comète qu'il arbore sur son vêtement ne laisse planer aucun doute sur son appartenance au culte de Sigmar A sa droite siège, un homme de forte stature, la moitié du visage porte les stigmates des flammes. Il me fixe de son regard d'acier, semblant étudier chacun de mes gestes. A la gauche du prêtre, un homme lui aussi revêtu de maille qui pourrait paraître intimidant s'il n'y avait pas les deux autres qui le sont d’avantage. Les deux femmes sont assises côte à côte. Elles portent toutes deux une robe blanche très simple. L'une d'elle paraît très âgée, ses yeux inexpressifs sont d'un blanc d'ivoire, la plus jeune a ses côté pourrait être jolie si sa peau n'était pas grêlée par les cicatrices laissées par la maladie. Comme le confirme le symbole représentant une colombe, il s'agit de deux prêtresses de Shallya.
De part et d'autres sont assis des hommes de faible stature portant qui des robes de bure, qui des robes d'avoué. Devant eux, en contrebas de l'estrade se trouve une solide chaise scellée au sol, des sangles en cuir disposées de part et d'autre permettent d'y attacher les pieds, les poignets, le cou et la tête. A proximité, une table sur laquelle sont soigneusement rangés différents ustensiles tranchants, contondants, perforants, lacérants, des pinces, des tisonniers. Derrière, Une haute table vide ainsi qu'une haute croix plus grande qu'un homme indiquent, si besoin en était, que l'heure n'est pas à la plaisanterie.
Deux gardes m'empoignent brusquement et me dirigent de force vers la chaise. Ma tête ainsi que tous mes membres sont solidement attachés à la chaise. Le plus âgé s'adresse à moi :
"On en sait beaucoup sur les suppôts de seigneur des Mouches, il semble que vous aillez pris part au démantèlement de ce groupe, mais vous allez tout de même nous dire tout ce que vous savez à ce sujet"
A côté de moi, près de la table, le bourreau affûte ses instruments. Je tente de dominer ma peur. Après avoir déglutit, je réponds d'une voix tremblante :
« Je ne sais pas grand-chose à leur sujet. J'aidais juste un ami, Alberic, qui effectuait une mission pour le collège flamboyant. Nous étions à la recherche d’Anna Fletcher qui avait disparue. Nous l'avons malheureusement trouvée trop tard. Son corps gonflé suinté de liquide nauséabond. Lorsque les prêtresses de Shallya ont tentées de la soigner, son corps à muté et des choses sont sorties de son corps pour nous attaquer. Nous avons réussi à les détruire mais Anna est malheureusement morte. Nous soupçonnions le boucher Starck de l'avoir empoisonnée avec des saucisses. Lorsque que nous sommes rentrés dans la boucherie un chien est parti avec un chapelet de saucisses. Je l'ai donc poursuivit afin d'éviter d'autres contaminations. Lorsque j'ai rejoint mes compagnons ils étaient à la poursuite de Starck. Nous l'avons rattrapé sur une péniche en compagnie de deux complices. Une femme se trouvée également ligotée au mât. Nous avons tué les deux complices puis capturé Starck. Le valeureux Benedikt von Reinacht est descendu à la cale, où nous avons affronté un mutant avec Reschef. Ensuite Benedikt est resté avec la garde et les prêtres pour purifier le lieu pendant que nous sommes partis prévenir maître Fletcher de la fin de sa fille »

Le silence règne après mon récit, j’ai la désagréable sensation que leurs regards scrutent mon âme. L'homme au visage brûlé prend la parole :
"Tu n'as tout dis petit. Que sais-tu de la femme qui était attachée ? Stark avait un objet avec lui, pourquoi as-tu oublié d'en parler ? Qui protèges-tu ? "
Je prends quelques secondes pour rassembler mon courage et réponds :
« Je n'ai pas fouillé Starck. Je préférais rester loin de lui vu ce qu'il arriva à Anna. Quand à cette femme, il s'agit de Maria de Mirigliano je crois. Je ne suis pas sûr du nom de cette ville que je ne connais pas. Pardonnez mon ignorance mais je ne suis qu'un simple halfling pris dans des événements qui me dépasse, j'en ai bien peur. Ce genre d'événements n'arrive pas dans mon Moot natal et j'ai bien peur de ne pas pouvoir vous éclairer sur cette affaire. Mes connaissances sont loin d'égaler les vôtres » dis-je en m'inclinant du mieux que je peux sur ma chaise.

L'homme au visage brûlé jette un petit bout de viande à mes pieds :
"Ceci est la langue de celle qui se fait appeler le rossignol de Tilée... Elle a beaucoup parlé avant qu'on ne la lui tranche, nous savons tout ! Stark aussi a couiné comme un pourceau alors que notre ami (il désigne de la tête le bourreau) ne lui arrache les ongles un par un. Pas très résistant à la douleur ce gros porc. Tout ce qu'il nous reste à savoir, c'est l'implication de votre groupe, à ce qu'on sait, c'est que c'est vous qui les avez découverts et combattu, mais ce n'est peut-être pas aussi clair que ça pour tous les membres du groupe. " Il hausse le ton "Alors maintenant, tu vas répondre à nos questions, si tu ne veux pas brûler à côté de Stark, et si tu veux épargner ce sort de la jolie Tiléenne et à certains de tes compagnons !!!!!"

« Je ne connais pas cette Maria. J'ai rejoint les sentinelles halflings dès que j'ai pu. J'ai toujours combattu les ennemis de l'empire. D'après ce que j'ai compris Starck contrôlait Maria, mais j'ignore tout de leur magie. Pourquoi toutes ces questions ? Nous avons sauvé beaucoup de personnes en arrêtant cet homme ». Je me tourne vers les prêtresses de Shallya et leur dit. « Plusieurs de vos prêtresses nous ont aidées et soigné lors de nos combats, elles l'auraient senti si nous étions corrompus. »

Les prêtresses restent silencieuses. L'homme au visage brûlé se lève et fait le tour de la table pour venir à mon niveau. Sans préavis, il me colle une gifle monumentale.
"Je vais reformuler pour être bien certain que tu comprennes les enjeux et éviter que tu ne regrettes tes silences ou tes mensonges. Nous savons que Stark avait un objet avec lui, tu es le seul à ne pas t’en souvenir. Qui l'a pris ? Où l'as-tu caché ? J'aurais la réponse, même si je dois pour ça arracher chaque centimètre de ta peau et tout ce qui ne te maintient pas en vie".

La peur me saisit, mais je ne souhaite pas trahir Alberick. Et puis, nous avons détruit des cultistes du chaos. Nous devrions être remercié et non pas traité comme des criminels. La haine l’emporte sur ma terreur, et lâche :
« Je vous l'ai dit, je n'ai pas fouillé Starck. J'ignore ce qu'il possédait. Vous supportez peut-être mal que l'on est capturé Starck en quelques jours. Il est plus facile de torturer un halfling attaché que de poursuivre et combattre les suppôts du seigneur des mouches. »

La colère déforme un peu plus son visage déjà peu engageant. Il me met une deuxième gifle avant d'aller chercher une pince.
"Je vais t'arracher la langue sale petit cancrelat"
Deux mains m'ouvrent la bouche de force alors que la pince se rapproche. Une voix féminine m'apporte quelque secondes de répit, la prêtresse aveugle crie "Il suffit !" La plus jeune se lève et s'approche de moi, le répurgateur s'écarte d'un pas. Elle se baisse pour se mettre à mon niveau en posant une main réconfortante sur ma joue meurtrie, je sens une chaleur agréable qui en émane, la douleur des coups que j’ai reçus s'amenuise et disparaît peu à peu. Elle me parle d'une voix douce :
"Vous avez contrecarré les projets de ces suppôts du mal, nous vous en remercions. Mais ce n'est pas terminé. L'objet qu'il possédait serait, aux dire de Starck, un artefact du seigneur de la pestilence. Il est possible qu'il ait le pouvoir de déclencher une peste qui tuera des milliers d'innocents. Nous savons que Starck avait cet objet et que l'un de vous l'a pris. Vos compagnons nous ont déjà tout dit, mais ils veulent l'entendre de votre voix, pour qu'il n’y ait pas de méprise. Je ne pourrais pas les retenir très longtemps. Je vous en conjure, ne vous imposez pas d'inutiles douleurs et, si vous ne le faites pas pour vous, ne m'imposez pas ce sinistre spectacle. J'en ai déjà vu plus que je ne puis en supporter. " Une larme coule sur sa joue.

Je sais que je pourrais résister à la torture plus longtemps. Mon ventre vide depuis trop longtemps me tiraille affreusement et je sais que sans ma langue j’aurais du mal à manger. N’ayant pas le choix, et en espérant ne pas causer d’ennui à mes compagnons, je me tourne vers la prêtresse la plus jeune pour la remercier. Puis vers la plus âgée :
« Le médaillon est parti au collège flamboyant. Je suppose qu'il s'y trouve toujours.»

Elle sourit : « Voilà, il suffisait de le dire, nous le savions déjà » puis elle se tourne vers le répurgateur « La violence et la menace ne font pas tout... le menacer de le priver de nourriture aurait de plus surement été plus efficace que tous les sévices que vous auriez pu imaginer".
Le répurgateur me lance un regard noir, je ne me suis visiblement pas fait un ami. Le président de la séance donne l'ordre de me remettre en cellule. Quelques heures plus tard, je suis libéré, sans autre forme d'explication. Le chemin du retour vers la péniche est long et pénible, terriblement fatigué et fiévreux, je ne pense qu'à m'allonger et dormir. Je n’ai même pas faim. Suis-je malade ou est-ce la haine qui me coupe l’appétit. A mon retour, je remarque que Reshef est déjà rentré, Renate me dit qu'elle a reçu la visite de personnes "étranges" qui cherchaient quelque chose de précis, et semblaient savoir où le trouver. Elle n'a pas eu le courage de les en empêcher.

Épuisé, je m’effondre sur mon lit, maudissant ce Répurgateur.
Revenir en haut
Laurent P


Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2016
Messages: 205
Localisation: Tourlaville
Masculin

MessagePosté le: Jeu 14 Sep - 12:09 (2017)    Sujet du message: Résumé de la campagne Répondre en citant

Si petit et si courageux ! Respect...
Bref, tu m'as balancé quand même Evil or Very Mad alors que tout cela n'était finalement qu'une terrible méprise

Sinon, comme d'habitude, bravo pour la narration. LA SUITE ! LA SUITE !
Revenir en haut
Simon N


Hors ligne

Inscrit le: 16 Nov 2016
Messages: 268
Masculin

MessagePosté le: Jeu 14 Sep - 15:55 (2017)    Sujet du message: Résumé de la campagne Répondre en citant

Comme quoi, ce sont bien les femmes qui obtiennent toujours ce qu'elles veulent XD

Jolie retranscription en tout cas Wink
_________________
Souffle d'une lame dans la nuit
Danger qui rôde
Comme une onde de plaisir
Revenir en haut
Marc H
Référent / Admin forum

Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2016
Messages: 1 311
Masculin Taureau (20avr-20mai) 猴 Singe

MessagePosté le: Jeu 14 Sep - 16:51 (2017)    Sujet du message: Résumé de la campagne Répondre en citant

Basile, tu sais qu'on va vouloir la même chose pour Path, tu sais ça. ^^
_________________
Le MJ, c'est comme le capitaine.
C'est le seul maitre à bord après Dieu.
Et comme j'crois pas en Dieu.
Revenir en haut
Pierrick


Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2016
Messages: 471
Masculin

MessagePosté le: Jeu 14 Sep - 19:40 (2017)    Sujet du message: Résumé de la campagne Répondre en citant

Tout cette scène a été jouée en MP via Facebook . Pour ce type de scène, c'est vraiment intéressant. Ça ne ralentit pas le jeu avec de multiples apartés , pas besoin de se presser. Cela nécessite quand même plusieurs choses,
- Que les joueurs jouent le jeu et ne communiquent pas entre eux (s'ils le font, ce n'est pas si grave dans l'absolu, ils se privent juste d'une partie du "suspense", ils se punissent eux même en "trichant").
- Que les joueurs sachent écrire un minimum et aiment ça.. qu'ils aiment lire aussi (parce qu'il y a des petits pavés par moment.. et j'ai fait des efforts pour être concis). Il faut aussi un MJ qui aime ça, bien sûr !
- Avoir un peu de temps entre les séances
- Avoir des joueurs (et un MJ) assez réactifs

Après je ne sais pas comment l'ont ressenti les joueurs. Pour ma part, j'ai bien aimé ce petit exercice, ça permet de faire monter une certaine tension dramatique parce qu'il y a du temps : on'est pas limité par le fait que les joueurs d'à côté s'ennuient. Ça permet aussi de soigner ses descriptions et de poursuivre l'aventure entre deux parties. Chaque personnage a vécu un moment différent (avec de fortes similitudes pour certains). Tout ça n'était pas prévu et n'entrait pas dans le cadre de la campagne prévue initialement d'où le groupe s'est bien éloigné, c'était les conséquences d'actes au cours de la dernière partie avec des liens avec certaines histoires personnelles des personnages. J'ai saisi l'opportunité pour les ennuyer un peu (et leur rappeler qu'on ne joue pas avec certaines choses dans le monde de Warhammer Twisted Evil )

Si l'occasion se représente, je le referai sans hésiter.
_________________
Mange un castor, tu sauveras un arbre !
Revenir en haut
Thomas P


Hors ligne

Inscrit le: 15 Fév 2016
Messages: 314
Localisation: cherbourg
Masculin

MessagePosté le: Jeu 14 Sep - 22:30 (2017)    Sujet du message: Résumé de la campagne Répondre en citant

Perso j'ai beaucoup ces apartés . D'autant plus que ça permet de les éviter pendant la partie même . A refaire .

PS pour Laurent : ça t'apprendra à jouer avec le Chaos .... Wink
_________________
Go ahead ....make my day ....
Revenir en haut
Basile L


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2016
Messages: 159
Localisation: Teurthéville-hague
Masculin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Ven 15 Sep - 14:27 (2017)    Sujet du message: Résumé de la campagne Répondre en citant

Pierrick: Perso j'ai adoré. Bon j'ai stressé toute la semaine pour mon pauvre petit halfling, et pour une séance d'interrogatoire, ça change vraiment tout de ne rien savoir des autres.

Laurent: Oui je t'ai balancé, mais au moins j'ai essayé, pas comme tout le monde. Smile

Marc: J'essaye d'être plus concis pour pathfinder vu qu'il y a jusqu'à six résumés différents, ça ferait un peu redondant. Et puis ça prend un peu de temps, je vais finir par devoir faire des heures sup.

Simon: Merci!
Revenir en haut
Basile L


Hors ligne

Inscrit le: 13 Juin 2016
Messages: 159
Localisation: Teurthéville-hague
Masculin Poissons (20fev-20mar)

MessagePosté le: Lun 18 Sep - 11:25 (2017)    Sujet du message: Résumé de la campagne Répondre en citant

Voici la suite de nos exaltantes aventures!

Jour 20 : Levé des mauvais pieds.

Une puanteur assaille mes narines et mes pieds me font souffrir. Je crains avoir attrapé la fièvre du pied purulent, redoutée pas tous les halflings du monde. Je vais sur le pont m’aérer un peu. La fièvre d’hier est encore présente. Une fois quelque peu revigoré par la brise, je descends prendre des nouvelles de Reschef. Je le trouve en train de se vider par tous ses orifices. Apparemment nos combats ne nous ont pas laissé indemne. Entre deux vomissements, j’apprends qu’il a subit le même interrogatoire, mais il a parlé plus rapidement. Il ne semble pas gêné de leur avoir donné Alberick aussi vite. J’espère qu’il va bien. Toujours aucune nouvelle de Benedikt non plus.
Notre état ne s’améliorant pas, je me rends au temple de Shallya. Une prêtresse me reçoit. Avec mes explications, elle comprend rapidement que je fais partis du groupe ayant tenté de sauver Anna. Mon état l’inquiète peu, mais elle me suit pour voir mon compagnon. Après un rapide examen, elle reconnaît la pourriture de Neiglish. Terriblement dangereuse, mais heureusement elle sait la soigner. Mon compagnon fait une maigre offrande et se recouche, encore fortement affaiblit. Je raccompagne la prêtresse et offre à mon tour une donation digne de ce nom. Après tout, les deux prêtresses du procès m’ont sauvés la langue si ce n’est la vie.
Encore fiévreux, je retourne m’allonger.

Jour 21 : La fin de notre compagnie.

Après une nuit fiévreuse, Benedikt revient sur la péniche. Ma joie de le revoir sain et sauf est de courte durée. Notre courageux compagnon vient seulement récupérer ses affaires et part s’engager dans l’armée. Cela sonne le glas de notre groupe du moins pour quelques temps. Il ignore où il part et pour combien de temps, mais nous assure qu’il reviendra.
Il a subit le même interrogatoire que nous, mais son engagement envers Sigmar l’obligeait à tout révéler au prêtre présent. Les épaules basses et l’air maussade, il semble désabusé. Sa foi et la lueur divine qui brillait dans son regard semble l’avoir quitté. Il est resté dans sa cellule plus longtemps car il est tombé également malade. J’apprends de lui que le répurgateur s’appelait Bastian Himmer. Un nom qui vient rejoindre une liste qui ne cesse de s’allonger. Konrad et ses hommes, le chevalier Verner Erzog, le prêtre de Morr Elmud Vernald, Alienor. Tant de personne qui se sont mis en travers de notre route. Le mal ne vient peut-être pas des dieux du nord, mais du cœur des hommes après tout. Comme mes patrouilles solitaires dans le Moot me manquent.
Benedikt nous quitte, peu de temps après le départ d’Alberick pour la formation de son collège de magie. Nous ne sommes plus que deux nous nous sentons bien seuls pour continuer notre traque. Les jours de repos se suivent jusqu’à retrouver assez de vigueur pour songer à l’avenir.

Jour 34: Un nouveau départ.
Une fois complètement guéri, nous nous retrouvons, Reschef et moi sur le pont de la péniche. Réfléchissant à la suite de l’aventure. Je partage mes doutes à mon dernier compagnon :

- "Nous voilà plus que tous les deux. Je pense que nous ne sommes pas de taille pour continuer notre aventure."
- C'est vrai que nous venons de perdre la moitié de notre groupe d'un seul coup... Que faisons-nous alors ?
- « En traînant un peu en ville j'ai appris qu'ils recherchent des pisteurs pour accompagner un détachement de l'armée impérial afin de lutter contre des raids de gobelins vers Ubersreik. Je pense essayer d'y aller. Ça permettra de m'éloigner un peu des villes et de leur corruption. Et puis, il y a un répurgateur qui m'en veut, j'ai déjà trop traîné dans le coin.
- Alors tu vas partir aussi ? On dirait que je vais me retrouver tout seul. Je pense que je vais m'établir dans la ville pendant un temps alors, reprendre mes vieilles affaires et m'occuper de la péniche.
- Oui, mais n'oublie pas, tu n'as qu'un quart de la péniche. On reviendra pour retrouver le parchemin d'Alwasid et détruire la secte au miroir brisé.
- On dirait bien que la confiance est de mise entre nous ! Ne t'en fais pas, la péniche sera toujours là quand vous reviendrez. Et entière !
- Fait attention avec tes affaires. Les autorités nous surveillent suite à l'affaire du médaillon. Bonne chance, et à bientôt.

Je passai le reste de la journée à m’équiper pour la suite de l’aventure. Une nouvelle armure et un bouclier m’aideront fortement, maintenant que je suis seul pour assurer ma survie. Enfin presque seul, il y a toujours ma fidèle Carla.

Jour 35 : Nouvelle Croisière sur le Reik
Voici le jour du départ. J’arrive sur le quai en compagnie de Carla. La voix du sergent domine le brouhaha de notre attroupement. Je ne fais pas attention à l’appel, plongé dans mon humeur maussade. J’entends enfin mon nom, et lorsque j’arrive sur le pont, j’ai la joie de retrouvé Benedikt et Alberick. A peine le temps de se saluer que j’aperçois Reschef qui nous a également rejoint. Ses affaires n’ont pas dû se dérouler comme prévu.
Après ces jours maussades, je retrouve enfin le bonheur. Notre groupe est à nouveau réuni, et Alberick est sain et sauf. Il nous apprend qu’il n’a pas été embêté plus que ça par l’affaire du médaillon. Ce sont les hommes du collège qui sont venu fouiller la péniche. Il a même pu entamer sa formation et doit suivre les soldats pour les soutenir de sa magie.
Reschef se fait désormais appeler Tim Colin. Ses activités douteuses l’obligent surement à changer de nom régulièrement. Peu importe, c’est tous ensemble que nous partons repousser ces gobelins, et nul doute que nous nous en sortirons une fois de plus.

Les jours suivant se passent à bord de la péniche. Nous apprenons quelques nouvelles de l’empire. Le Prince héritier d’Ostland, Hergard Von Tasseng a été tué dans les montagnes grises, des émeutes dans le Middenland opposent le culte de Sigmar et celui d’Ulrik. Un village a lynché un répurgateur qui avait surement autant de tact et de finesse que notre ami d’Aldorf.

Jour 45: Arrivée à Ubersreik
Nous débarquons à Ubersreik puis s’en suit une longue marche jusqu’au camp militaire. Voici enfin l’occasion pour Carla de se dépenser. Se retrouver dans les plaines la rend plus joyeuse. J’ouvre le chemin, en compagnie d’un pisteur vétéran qui m’apprend quelques ficelles en route.
A l’arrivée au campement nous avons le droit au discours d’accueil du demeuré du coin qui se fait appelé Sergent Stölz. Encore un ami de plus en perspective. Alberick ose lui répondre et gagne ainsi une corvée de latrines. Nous passons ensuite au coiffeur où ma chevelure frisée est coupée à ras. Il faut dire qu’avec toutes ces aventures elle en avait besoin d’une petite coupe, mais là c’est un peu trop à mon goût. Un équipement nous est fourni, sauf évidemment pour moi car ils n’en ont pas en taille standard.
Les jours suivants sont remplis par des entraînements au tir, au corps à corps, et malheureusement aux manœuvres ou je peine à trouver ma place, n’ayant pas la même allonge que les autres.

Jour 48: Le parcours du con battant.
Le sergent souhaite tester nos compétences aujourd’hui. Nous avons un parcours constitué de ballot de paille à esquiver, d’autres en mouvement à toucher au corps à corps, d’une botte de paille à transpercer à la lance, de tonneaux à soulever, de cible à toucher au tir et d’une corde à escalader. Je ne comprends pas en quoi tout cela me servira pour mon travail de pisteur, mais je sens bien qu’il est inutile d’en parler au chef.
Benedikt s’élance le premier. Il se prend le premier ballot. Pour la suite il s’en sort pas trop mal sauf contre les cibles en mouvements mais ne parvient pas à monter à la corde.
Ayant vu mon ami échoué, je m’élance plein d’appréhensions qui ne tardent pas à se confirmer. Je rate mes esquives, je ne parviens pas à porter le moindre tonneau, je transperce avec peine la botte de paille et je n’arrive pas à gravir le moindre centimètre de corde. Heureusement, je parviens à toucher les deux cibles à l’arc. C’est ensuite le tour de Tim/Reschef qui arrive à finir le parcours malgré quelques difficultés au départ.
Et enfin, le meilleur pour la fin, Alberick. Il ne fut pas impressionnant sur les premières épreuves, mais il se rattrapa. Une esquive ratée, un seul tonneau soulevé. Puis il arrive près de la botte de paille. Regarde la lance posée à côté. Hésite un moment puis se concentre et tend les mains. Deux boules de feu en jaillissent et embrasse rapidement la paille. Les deux ballots qui balancent subissent le même sort, tout comme les deux dernières cibles.
Environné de flammes, il se retourne pour faire face à un Sergent bouche bée pour la première fois depuis notre arrivée. Même nous qui le connaissons sommes impressionnés par ses nouveaux talents. Et tout cela sans beurre !

La nuit, nous sommes de garde avec Reschef. Rien de spécial à signaler, à part qu’il s’absenta un long moment. J’espère qu’il ne nous attirera pas d’ennuis. Alors que je commence à m’inquiéter, j’entends un « PAF ! » près de la palissade du fortin. Je sors mes armes et je m’approche, près à appeler la garde. Surgissant de l’obscurité, je vois Reschef, revenir comme si de rien n’était, son uniforme un peu plus sale qu’auparavant. Je préfère ignorer ce qu’il a fait, pas envie de me faire interroger à nouveau.

Jour 51: Week-end à la campagne
Voici enfin le grand jour. Le sergent nous a rassemblés la veille pour nous annoncer que l’armée gobeline a été repérée. Comme nous sommes encore des bleusailles, nous ne ferons pas parti de l’attaque. Nous serons répartis dans les fermes environnantes pour les protéger d’éventuels pillards ou survivants gobelins. Ma curiosité est un peu déçue de ne pas voir une bataille rangée, mais je suis content de ne pas risquer ma vie plus que nécessaire. De plus, je me retrouve avec mes trois amis et deux autres soldats aussi causants qu’une tourte.
Notre compagnie commence donc le tour des fermes pour la répartition. Le sergent s’arrête à l’avant dernière et nous laisse aller seuls à la prochaine, la ferme de Recknacht. Malheureusement, étant plus fort pour gueuler que pour indiquer une direction, nous nous retrouvons sur la mauvaise route. Après une longue marche, nous apercevons la fumée d’une cheminée, et le lointain fumé d’un bouillon de poule. Grâce à cela nous arrivons enfin à destination.
A notre arrivée, les occupants sont d’abord surpris, puis heureux de ce renfort. La ferme ne possède qu’un petit muret d’enceinte. Suffisant pour me bloquer la vue, mais malheureusement pas assez pour arrêter des gobelins.
J’installe Carla dans la grange, puis je rejoins les autres soldats qui partagent le repas du généreux fermier. Nous installons notre couchage dans la salle commune et commençons les tours de gardes.

A la nuit tombée, alors que je patrouille autour du muret avec Alberick, nous entendons du bruit venir de la grange. Le mage invoqua des feux follets dans l’enceinte de la ferme, faisant fuir des gobelins pendant que j’appelais du renfort. Nous approchant des portes, on aperçut de nombreuses formes approcher et décidons de nous réfugier dans la ferme.
Reschef monte sur le toit avec son arbalète pendant que nous nous positionnons aux fenêtres. Des gobelins sur loups bondissent au-dessus du muret et lancent leurs torches sur la maison en chaume. Les paysans foncent inconsciemment dehors pour éteindre les flammes. Nous n’avons d’autres choix que de les suivre pour les protéger.
L’affrontement débute mal. Un gobelin blesse Benedikt, pendant que je m’emmêle dans ma propre fronde. Heureusement Alberick est plus en forme et carbonise sur place un ennemi. Du coin de l’œil j’aperçois Reschef sautant du toit directement sur un loup et tente de désarçonner le cavalier. Distrait, je suis touché par un peau-verte et son ignoble monture. Pendant ce temps, le sigmarite achève son adversaire, tandis qu’un autre s’enflamme à nouveau. Pendant que Reschef et emporter par le loup en dehors de la ferme, je me défends tant bien que mal jusqu’à ce que mes compagnons viennent l’achever.
Alors que nous reprenons notre souffle, trois immenses orques s’approchent. Je saisis ma fronde, mais les ratent de nouveau. Benedikt charge courageusement et entame un combat à trois contre un. Heureusement, la magie nous vient de nouveau en aide et un sort de confusion oblige un adversaire à combattre pour nous. Bien évidemment, avec son instinct belliqueux l’autre riposte.
Le troisième encore en état de combattre tente d’attaquer, mais son plastron tombe à ses pieds. Je le touche ensuite au bras, ce qui l’oblige à lâcher son arme. Benedikt lui explose l’autre main avant qu’Alberick n’abrège ses souffrances. Un orque de plus s’embrase pendant que Reschef rejoint enfin la mêlée, s’étant enfin débarrasser du loup. Il retrouve ses instincts de combat de rue en lançant un vilain coup à l’entrejambe. J’envoie voler le casque d’une pierre bien placée avant que Benedikt lui explose la colonne vertébrale.
Plus aucun ennemi en vue, nous entendons seulement les cris de quelques gobelins en fuite. Le sigmarite tente de soigner les blessés, mais encore groggy par les coups reçus, il n’arrive à rien. Tellement sonné, il extrait même la lance de la poitrine d’un pauvre soldat empalé dans l’affrontement, et tente de panser sa plaie béante.
Reschef aide les paysans à éteindre le reste de l’incendie qui semble fasciner Alberick, les yeux perdus dans le brasier. Je me précipite vers la grange et j’aperçois avec joie ma brave Carla saine et sauve.
Nous avons réussi à sauver la ferme, mais malheureusement nous devons ramener le corps de ce brave soldat dont l’équipement attire le cupide Reschef.
Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 10:41 (2018)    Sujet du message: Résumé de la campagne

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Pluie & Sortilèges Index du Forum -> La Campagne -> Warhammer Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Aller à la page: <  1, 2, 3
Page 3 sur 3

 
Sauter vers:  

Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template lost-kingdom_Tolede created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com